Ça roule pour la street food

 

 

Concept né aux États-Unis les Food trucks commencent depuis un à deux ans à traverser l’Atlantique pour s’installer dans nos rues. Réelle alternative à la malbouffe souvent associée à la restauration rapide le truck food propose des burgers et autres spécialités françaises ou étrangères. Le concept repose sur une préparation « maison » et des ingrédients frais souvent bios, nourriture sur le pouce à consommer de façon nomade. Des recettes faisant rimer qualité avec rapidité et mobilité.

 

 

 

 

 

Aujourd’hui un français sur quatre en moyenne consomme à emporter.
A l’heure où les consommateurs cherchent une nourriture de qualité le Food truck est la réponse idéale aux nouvelles demandes de consommation, à savoir proximité, qualité, rapidité et prix abordables. Un concept victime de son succès puisque devant certains Food truck parisiens le temps d’attente est d’une heure pour déguster un plat gourmand.

 

Comment suivre ces cantines ambulantes ?
Le Food truck se déplace pour toucher le maximum de clientèle, alors pour tenir informé les gourmands chaque camion communique via les réseaux sociaux pour indiquer l’emplacement du jour, les horaires ainsi que le menu.

 

L’ouverture d’une Food truck permet la création d‘une activité nécessitant un investissement initial abordable.
En effet il n’y a pas de loyer à payer ni de charges inhérentes à ce derniers. L’investissement moyen pour l’achat d’un Food truck équipé est d’environ 40 000 euros, cependant il ne faut pas oublier qu’un camion roule et qu’il consomme de l’essence. Il faut aussi louer des emplacements. En effet on ne s’installe pas n’importe où dans la rue, il faut des autorisations de la municipalité pour un emplacement sur la voie publique. Une autre solution consiste à s’installer sur une zone privée, en demandant l’autorisation au propriétaire, comme les parkings d’entreprises ou les Zones d’Activités.

La tendance des Food trucks en France est en pleine expansion en France (Paris, Lyon, Montpellier, Aix en Provence, Toulouse…) avec une estimation de 50 000 emplois crées d’ici deux ans.

Pour plus d’information sur le sujet consultez le site de l’association Street Food en Mouvement, présidée par le chef étoilé Thierry Marx. L’objectif principal de cette association est d’établir une charte de qualité (le Livre Blanc) pour la street food ainsi qu’un statut légal bien défini. Il s’agit d’encadrer et de développer ce concept encore mal connu.

 

L’avenir est dans le marc de café

 

marc de caféLe marc de café pour se chauffer

Mélanger le marc de café à de la sciure de bois, compacter le tout pour obtenir des granulés et des bûches, voici l’idée d’Eric Fossard créateur de l’entreprise RID Solution implantée à Theix dans le Morbihan. C’est en étudiant le résidu que cet ancien professeur de biologie s’est aperçu qu’une fois sec le marc a un pouvoir calorifique (c’est la chaleur que dégage la combustion) équivalent à celui du bois.

L’idée donc de fabriquer des buches et granulés pour les chaudières et poêles lui est venue. La récolte de la matière première se fait auprès des professionnels du secteur des machines automatiques et du CHR. La transformation du marc en buches ou granulés se fait sans produits liants ni additifs.

Il s’agit certainement du combustible de demain qui remplacera le 100% bois. Une alternative non négligeable à l’heure où les réserves de bois s’amenuisent.

buche marc de cafe

 

La France produisant en moyenne
600 000 tonnes de marc de café par an
nous ne sommes pas prêts
d’attraper un mauvais rhume…